putain de vieux dégueulasse de génie

je l’ai trouvée attirante

presqu’aguicheuse

avec ses jupes trop courtes

et sa manie d’assortir son rouge à lèvres à ses chaussures

ses boucles d’oreilles à sa ceinture

 

elle chantonnait

faisait des clins d’œil à tout va

c’était facile de s’imaginer dans ses bras

je l’ai abordée, et

j’ai rien compris

elle mélangeait mystères et métaphores

ne parlait qu’en frime en fait

en utilisant des mots qui étaient morts

bouffés par les vers

elle attendait qu’on se jette à ses pieds

j’étais pas du genre à mettre un genou à terre

 

je l’ai laissée

j’ai vécu

et appris qu’elles n’étaient pas toutes les mêmes

qu’il y avait autant de femmes que de poèmes

je l’ai revue des années plus tard

elle traînait avec mon pote Bukowski

il les lui fallait vraiment toutes

à ce vieux salopard

putain de vieux dégueulasse de génie

il baisait aussi la poésie

TiF

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s