Cher procrastinateur, chère procrastinatrice,

Parlons aujourd’hui du fabuleux marché de l’occasion. J’ai looooongtemps procrastiné à ce sujet. J’entassais et j’entassais des vêtements que je n’utilisais plus mais que je ne voulais pas jeter au cas où, d’objets dont je ne me servais pas et qui m’encombraient, sans arriver à passer le cap de m’inscrire à une brocante, un vide-dressing, ou de m’embêter à préparer des colis.

Et puis, il y a 5 ans, j’ai fait un stage dans une boite de cosmétiques (parfums), et j’ai commencé à accumuler, en plus de tout ça, des parfums ! Neufs (cadeaux au fur et à mesure de mon stage) ou déjà ouverts (quand les collègues rangeaient leurs placards), ils ne me plaisaient pas tous personnellement, ni à mon entourage. J’ai eu le déclic à ce moment-là, il fallait que je trouve un moyen de revendre ce qui m’encombrait et que je ne pouvais pas me résoudre à jeter.

A partir de 2015 et jusqu’à aujourd’hui, j’ai trouvé plusieurs solutions plus ou moins intéressantes pour revendre ses affaires. La première : les vide dressing en live.

Les vide-dressing en live

N’étant pas encore prête à me lancer dans la vente en ligne (flemme de faire les colis, d’envoyer ça par la poste, etc.), j’ai décidé de commencer en participant à un vrai vide-dressing en live (il existe des vide-dressing en ligne, on en parlera après).

Un vide-dressing, c’est un peu comme une brocante, mais uniquement pour les vêtements, accessoires et cosmétiques. Il existe plusieurs organismes/associations qui organisent des vide-dressing. J’ai sélectionné Violette Sauvage puisque j’avais déjà participé à l’un de leurs événements. Et j’avais attendu loooonguement dans une immeeeeense file d’attente avant de pouvoir entrer ! Avec des événements d’une telle ampleur, autant de fréquentation et de communication, je me disais que j’avais plus de chance de trouver preneur pour mes affaires qu’ailleurs.

Violette Sauvage : Inscription

Je me suis donc inscrite en ligne sur leur site pour l’événement qu’ils organisaient à la Cour du Marais. Par chance il restait quelques places, elles partent très vite ! Ils organisent plusieurs événements dans l’année et dans dans quelques grandes villes de France (Paris, Lyon, Bordeaux, Lille, Nantes, etc.) et investissent à chaque fois des salles différentes.

Au cours de l’inscription, ils posent plusieurs questions auxquelles il faut répondre. Quelles sont les marques les plus cheap qu’on compte vendre, les plus chics, les marques qui seront les + présentes dans notre sélection, etc. J’ai ensuite dû payer les frais d’inscription qui étaient très élevés pour louer le stand ainsi que le matériel d’exposition. J’en avais eu à l’époque pour 150€ pour louer 2 tables et 1 portant pendant 2 jours. C’est obligatoire, on ne peut pas venir avec son propre matériel. Ils fournissent tables et/ou portants, tabouret et nappe, il faut juste venir avec ses propres cintres.

Il y a souvent plusieurs espaces dans un vide-dressing Violette sauvage : espaces premium (plus chers, avec les plus belles marques, mieux placés) et espaces classiques. J’avais donc choisi l’espace classique qui se trouvait en fait dans la cave de la Cours du Marais à Paris (on ne sait pas où on est placé jusqu’à son arrivée sur place).

Organisation du vide-dressing

Puis vient le jour de l’événement. On est convié 1 ou 2 heures avant que l’événement commence pour avoir le temps d’installer toutes nos affaires. J’avais acheté des petites étiquettes de prix que j’avais déjà accroché à mes vêtements la veille pour gagner du temps. C’est quand même assez long si on a beaucoup d’affaires…

Ce que j’avais à vendre :

  • parfums neufs et parfums déjà ouverts
  • quelques paires de chaussures
  • Vêtements : soit des petites marques comme Zara, H&M etc., soit sans marque (achetés au marché ou dans des boutiques indépendantes). Tous types de vêtements (robes, vestes, jeans, hauts, pulls, jupes, etc.)

En arrivant, les organisateurs te donnent un petit carnet qui te permettra d’accepter les paiements par carte bleue si tes clients n’ont pas de liquide (moyennant une commission à ta charge). Ce n’est pas obligatoire, c’est seulement si tu le souhaites. Tu remplis un papier correspondant au montant de la vente, le client prend le ticket, va payer par CB à la caisse et revient avec la preuve du paiement. A la fin du vide-dressing, tu donnes l’ensemble des preuves de paiement à la caisse. Ils font le total et te font ensuite un chèque avec la somme.

Pendant le vide-dressing, les clients peuvent demander à essayer (il y a souvent quelques cabines d’essayage ou des espaces où les gens arrivent à se cacher pour se changer), il suffit de demander une pièce d’identité pendant qu’ils s’éloignent avec tes vêtements.

Résultats

Du passage, globalement un assez bonne fréquentation mais pas énorme non plus (j’étais dans l’espace le plus reculé, tout le monde ne prenait pas forcément le temps de descendre à la cave), j’ai pu rentabiliser mon stand et faire un peu de bénéfices (j’ai dû vendre pour 300 ou 400 euros je pense), surtout grâce aux parfums qui se vendaient un peu plus cher que les vêtements évidemment. J’avais passé un bon week-end, les visiteurs étaient sympas, c’était rigolo de marchander avec eux, du coup j’étais potentiellement prête à renouveler l’expérience.

Par la suite, je me suis inscrite à 2 autres vide-dressing Violette Sauvage. Un en décembre 2017 à Paris (150 euros pour 1 portant et 1 table), et un en Juin 2019 (100 euros pour 1 portant et 1 table) à l’Hippodrome de Longchamp en extérieur. Les 2 fois, une cata. En décembre, temps pourri, très très peu de fréquentation, et j’étais tout au fond et bien cachée. Puis en Juin, temps magnifique, mais une fréquentation extrêmement basse (les organisateurs ont même présenté leurs plus plates excuses, beaucoup de vendeurs n’ayant pas réussi à rentabiliser leur stand), peut-être dû à l’emplacement un peu excentré de l’événement. En tout cas, les 2 fois, j’ai tout juste rentabilisé le stand, donc un résultat à 0 (mais en ayant du coup perdu beaucoup de vêtements et de parfums).

Violette Sauvage : les avantages

  • Renommée, communication et visibilité. Tu n’as pas besoin de faire toi-même la publicité de l’événement, ils s’en occupent, et s’en occupent généralement très bien. C’est une association connue et reconnue dans le domaine qui attire plein de personnes différentes à ses événements. Contrairement à des vides-dressing moins connus, ou des vide-dressings de particuliers, tu es globalement assuré qu’il y aura du passage pendant l’événement, donc des clients. Certains de leurs événements attirent près de 4000 personnes ! (Bon je n’étais pas à ceux-là visiblement… 😉 )
  • Pas besoin de posséder du matériel d’exposition. Si comme moi tu n’as pas à ta disposition de portant ou de table facilement transportable, c’est top que Violette Sauvage te loue tout ça ! Et en plus, ça t’évite de transporter tout ça en plus de tes affaires…
  • Un positionnement plutôt haut-de-gamme. Du seconde main de premier choix. Interdiction de vendre des vêtements abîmés, boulochés, ou cheaps. L’avantage, c’est que les visiteurs acceptent psychologiquement de payer un prix plus élevé que s’ils étaient sur une brocante. Tu peux espérer vendre des vêtements 5, 10, 15, 20€ voire bien + si tu proposes des grosses marques. Alors qu’à une brocante, c’est plutôt 1€ peu importe le vêtement.
  • Pas de commission sur les bénéfices faits en espèces (par carte bleue, il y a une commission). Bon, encore heureux, vu le prix du stand 😉
  • Entrée payante pour le visiteur (2€). Du coup, les personnes qui viennent ont vraiment envie de faire du shopping et ne passaient pas juste par là.
  • Possibilité pour le visiteur de payer en carte bleue (moyennant une commission à la charge du vendeur), mais comme ça si ton client n’a plus de liquide et qu’il veut t’acheter quelque chose, il y a une solution !
  • Et aussi les avantages classiques du vide dressing en live. Pas besoin de faire des colis, des photos des produits, d’écrire des descriptifs attrayants, possibilité de vendre beaucoup de pièces d’un coup, expériences de vente plutôt sympathique et possibilité de convaincre un potentiel client d’acheter ses affaires en discutant avec lui en direct.

Violette Sauvage : les inconvénients

  • Un prix d’inscription très élevé qu’il faut réussir à rentabiliser. 100 voire 150 euros pour être plutôt mal placé dans l’espace global, c’est cher. Aucune garantie que l’on va réussir à vendre ses affaires. Mais si on est pressé ou si on a des marques qui parlent immédiatement, ça peut être une solution intéressante
  • Une solution qui prend du temps et de l’énergie. D’un côté, on n’a pas à faire de colis, on n’a pas à prendre de photo, mais de l’autre il faut prendre le temps de sélectionner toutes les affaires qu’on va vendre, déterminer les prix, acheter des étiquettes ou les fabriquer pour y inscrire les prix, amener toutes ses affaires sur l’espace de vente, passer 2 jours entiers à vendre avec parfois du rush et parfois de l’attente et enfin tout remballer.
  • Un vide dressing qui n’est pas adapté à tous les produits. Les clientes et clients Violette Sauvage sont très tournés grandes marques qu’ils arrivent à acheter à des prix très intéressants pendant l’événement. Il est, je trouve, plus difficile de vendre des vêtements avec des petites marques ou sans marques quand on se retrouve face à une telle concurrence. De même, j’ai réussi à y vendre quelques parfums, mais je pense à un prix moins élevé que ce que j’aurais pu obtenir via un vide dressing en ligne.

Mes conseils pour réussir ton vide-dressing

  • Ne vendre que des vêtements ou produits de qualité. Il faut que les vêtements soient nickels, qu’ils puissent limite paraître neufs. Pas de vêtements boulochés, couleurs passées, avec des trous, des tâches ou des plis, etc. Il faut vraiment se mettre à la place du client. Est-ce que je serais prêt à mettre quelques euros pour acheter cette pièce dans l’état dans lequel elle est ?
  • Les clientes et clients Violette Sauvage adorent les grandes marques. Si tu en as dans ta sélection, ce sera je pense plus facile.
  • Penser à vendre tes cosmétiques, là encore si tu as de grandes marques c’est + simple.
  • N’oublie pas d’apporter de la petite monnaie pour faire le change à tes clients.
  • Pense aussi à apporter des sacs vides à donner à tes clients pour ranger leurs achats. Si tu peux éviter les sacs plastiques cheaps, c’est encore mieux. Tu peux prendre par exemple les sacs de shopping Mango, Zara, etc.
  • Prendre des cintres les plus assortis possible (et les plus fins possible pour en mettre +). Tu es face à des serial videuses de dressing qui ont une seule sorte de cintres et proposent des stands nickels avec des vêtements nickels. Il faut t’aligner à la concurrence. Fais un beau stand !
  • N’hésite pas à apporter gâteaux/bonbons, ça attire quelques clients 😉
  • Mettre une valise/un carton sous la table avec le surplus d’affaires. Tu pourras en récupérer dès que tu auras fait tes premières ventes.
  • Ne pas surcharger le stand. S’il y a des grosses piles sur la table et trop de cintres sur le portant, les clients auront la flemme de fouiller. Il faut rendre leur expérience la + “comme dans un magasin” possible.
  • Faire attention à la saison et au jour de l’événement au moment de l’inscription. Si c’est la fête des mères, ferié, etc. tu peux peut-être avoir une baisse dans la fréquentation. Pareil, si le temps est pourri, ça peut être défavorable.
  • Vendre des affaires de saison. Tu auras du mal à vendre ta doudoune en plein été.
  • Demander une pièce d’identité dès qu’un potentiel client s’éloigne avec des pièces à toi.
  • S’inscrire plutôt sur 2 jours qu’1 jour. Ça diminue le coût moyen du stand par jour, et si il y a très peu de fréquentation sur un jour, tu as une chance de te rattraper le 2ème jour.
  • Essayer de montrer visuellement les tailles que tu proposes dans ta sélection. Si tu ne vends pas que des vêtements à ta taille, ça peut peut-être indiquer aux personnes qui ne font pas la même taille que toi qu’elles peuvent quand même trouver quelque chose pour elles.

Conclusion

De mon côté, j’arrête les vide-dressing Violette Sauvage parce que ce n’est pas une solution qui me correspond. Ce que j’ai à vendre (parfums et vêtements sans marques) n’est pas compatible à 100% avec cette méthode de vente. Avec un taux de 30% de réussite pour moi, c’est un investissement que je trouve trop risqué. Cependant c’est une solution qui conviendra parfaitement bien à d’autres profils. Pendant ces 3 vide-dressing, j’ai reconnu des filles qui étaient là à chaque fois et faisaient un chiffre d’affaire énorme ! Donc ce qui est vrai pour moi ne le sera pas forcément pour toi.

Si tu décides de te lancer dans l’aventure, j’espère que mes conseils t’aideront et je te dis merde 😉 En parallèle, je t’invite vivement à lire cet article. J’y analyse et te donne tous mes conseils pour gagner de l’argent via les vide-dressing en ligne, et notamment Vinted !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Follow by Email
LinkedIn
Share